FR / NL                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Rechercher       

Croatie (pas Schengen - seulement pour information)

Un ressortissant de pays tiers est tenu de prouver qu'il dispose des moyens financiers suffisants pour assurer sa subsistance lors de son séjour en République de Croatie ainsi que son retour vers son pays d'origine ou son transit vers un pays tiers.

Lorsqu'un ressortissant de pays tiers entre en République de Croatie, un organisme chargé du contrôle douanier est habilité à lui demander de présenter les moyens financiers nécessaires à sa subsistance lors de son séjour en République de Croatie ainsi qu'à son retour vers son pays d'origine ou à son transit vers un pays tiers.

Le montant des moyens financiers est fixé à 70 EUR (en toutes lettres : septante euros) pour chaque jour du séjour envisagé en République de Croatie.

Si un ressortissant de pays tiers est en possession d'un certificat de cautionnement émanant d'une personne physique ou morale de la République de Croatie, d'une preuve de réservation à titre touristique ou d'un document similaire, il est tenu de fournir la preuve qu'il détient une somme de 30 EUR (en toutes lettres : trente euros) pour chaque jour du séjour envisagé en République de Croatie.

Par dérogation, si un ressortissant de pays tiers est en possession d'un certificat de cautionnement émanant d'une personne physique ou morale de la République de Croatie d'après lequel il est manifeste que la caution assume pleinement l'intégralité des coûts liés à son séjour en République de Croatie puis à son retour, ledit ressortissant est exempté de l'obligation de prouver qu'il détient les moyens visé au premier alinéa du présent article.